L’alcool 

Bonjour à tous les alcooliques qui lisent mon blog. Cet article est fait pour vous, mais aussi pour ceux qui ne boivent qu’occasionnellement. Je ne vais pas me tirer une balle dans le pied en ne sélectionnant qu’une partie de mes lecteurs. Cet article va traiter aujourd’hui de l’impact qu’à l’alcool sur notre corps. Non, car c’est bien sympa de s’enivrer de temps en temps, mais faut bien comprendre d’où vient notre gueule de bois du lendemain.

L’alcool

L’alcool ou l’alcool éthylique pour être plus précis est une substance psychotrope. C’est-à-dire que cette substance agit principalement sur notre système nerveux central. Il est donc un membre de la famille des diverses drogues tel que le cannabis (viens voir mon article là dessus), les médicaments, la cocaïne et j’en passe. Au travers de sa consommation, l’organisme développe un effet de tolérance, mais aussi de dépendance.

Métabolisation de l’alcool

Une fois ingéré l’alcool va atterrir dans notre estomac et traverser très rapidement ses parois pour passer dans le sang. On appelle cette phase la résorption (l’une des phases de l’absorption). Une partie de celui-ci va néanmoins être dégradé dans l’estomac d’où la “difficulté” à déterminer le taux d’alcool dans le sang à une consommation. De plus, le temps et la qualité de résorption dépendent de multiples facteurs intrinsèques à chaque personne. (Comme par exemple toutes ses personnes horribles qui mangent sans grossir alors que toi tu louches sur une pomme et tu as déjà pris 3 kg!). De plus l’ingestion d’aliments serait à même de ralentir également ce processus. (d’où la phrase : manger c’est tricher. Oui je suis une alcoolique mes excuses) Il n’est pas déconnant également de se renseigner sur les interactions que peut avoir un médicament avec la prise d’alcool.

Dans le sang, l’alcool va ensuite se glisser dans les organes les plus irrigués. Le foie et le cerveau sont ainsi grandement touchés.

L’élimination de l’alcool se fait grâce à la voie rénale, la voie pulmonaire, la voie sudorale (la transpiration), mais aussi et surtout via la voie hépatique. Le foie permet l’oxydation de l’alcool. Il va ainsi se transformer en acétaldéhyde (via l’alcool déshydrogénase) puis en acide acétique (via l’aldéhyde déshydrogénase). Cette transformation est celle le plus souvent, deux autres transformations peuvent être également réalisée, mais cela va varier si la prise d’alcool est aiguë (c’est-à-dire rapide à un instant T) ou une prise d’alcool chronique (c’est-à-dire dû à une consommation régulière sur le long terme).

Alcool

Toxicologie

Je suis bien d’accord avec vous l’ivresse peut-être forte agréable. ( Sauf si l’on regarde de plus près l’aspect sociologique de la consommation d’alcool, je vous assure ça fait moi rêver).

L’alcool fluidifie les membranes neuronales modifiant ainsi les diverses interactions avec les neurotransmetteurs (Dopamine, sérotonine, GABA, etc.). Par exemple, dès la consommation d’alcool on observe une libération accrue de la dopamine, l’hormone qui influe sur les effets “récompenses”. Cela développe ainsi l’effet de bien-être vis-à-vis de la consommation d’alcool et entraînant l’addiction à cette substance.

 Cela entraîne ainsi des effets tranquillisants, de désinhibition, une difficulté de coordination (d’où le fait que tu te casses la gueule plus rapidement). Lors de prises chroniques, une désensibilisation se fait voir, l’augmentation de la tolérance vis-à-vis de l’alcool est bien présente. (Ne rêve pas trop même si tu tiens plus l’alcool les effets négatifs sur ton corps sont biens présent).

Le black out par exemple est causé par une absence d’interaction neuronale au niveau d’une partie du cerveau (l’hippocampe)  chargée de la mémoire à long terme.

La gueule de bois n’est que le résultat de l’action diurétique de l’alcool qui plonge le corps dans un état de déshydratation important. Bref, tu pisses plus que tu ne bois d’eau et ça te donne mal au crâne le lendemain.

Le coma éthylique est une réponse du corps causé par une intoxication à l’alcool. Cela se caractérise par une perte de connaissance due à une consommation comprise entre 2 et 4g d’alcool dans le sang. Perte de tonus musculaire, diminution de la température corporelle, mais également de la tension artérielle. Donc il est nécessaire d’appeler les urgences si un de tes potes tombe raide mort sur le plancher.

Pour info 

Les personnes ayant des origines asiatiques tolèrent moins l’alcool que nous (maaa la raciste). (BIG UP à tous les Asiatiques qui subissent un racisme beaucoup trop “accepté” par la société). Plus sérieusement, une grande partie de la communauté asiatique ont génétiquement moins d’aldéhyde déshydrogénase 2 (l’une des enzymes qui permet la résorption de l’alcool). Ainsi, il ne peut se transformer en acide acétique (plus facile à éliminer pour le corps) et reste bloqué à se première transformation en acétaldéhyde. De ce fait, le corps rougit, le rythme cardiaque s’accélère, des maux de tête sont présents et cela peut se terminer sur des vomissements.

Cette particularité s’appelle l’asian flush.

L’alcool provoque la mort de 3.3 millions de personnes chaque année dans le monde… Malheureusement si ce n’était que les personnes en état d’ivresse que l’on prenait en compte…Qui n’a jamais vu quelqu’un totalement bourré, incapable de marcher, mais qui te promet qu’il allait faire attention sur la route. Bref, si tu es assez débile pour vouloir prendre la voiture après que tout le monde te l’ai interdit, grand bien te fasse. Mettre en danger la vie de piéton et d’autre conducteur ça c’est une autre histoire. Donc avant de faire quoi que ce soit d’irresponsable pensez à vous, mais aussi et surtout à vos proches bandes de poivrots !

7 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :